dimanche 25 mars 2018

Passons sur l'autre rive...au-delà de Mexico

Fête indépendance du Mexique
La fondation de l'Assomption au Mexique date de 1948. Tout commence par la réception de la charge de chapelain à Saint-Joseph à Mexico, le 23 février 1947, par le P. Cassien Dubost (1891-1954), religieux assomptionniste français, transféré à la Province d'Amérique du Nord. La chapelle, dédiée à Notre-Dame de la Guadalupe, « Reine du Mexique et Impératrice de l'Amérique », est située dans le quartier de San José Insurgentes. C’est à partir de là que commence l’histoire de la fondation de l'Assomption au Mexique[1].

Devant l'Église paroissiale
Par la suite, le besoin se fit sentir d'ouvrir une communauté de formation afin de préparer le futur de l’Assomption au Mexique. Ce fut l'origine de Casa Manuel, dont l’ouverture remonte à la fin des années 1980, dans un quartier périphérique de Mexico, Ejidos de San Pedro Martír. Cet emplacement favorisait bien son ouverture aux dimensions sociale et missionnaire qui  devront marquer son apostolat.

Cette communauté a pour vocation d'être une maison de formation en même temps qu’un centre des missions et d'éveil des vocations. La mission consiste à sortir de la ville de Mexico pour évangéliser en périphéries. Elle se réalise durant la semaine sainte, en fin novembre pour la rencontre d’Alzonienne et en été (juin-juillet) dans la région de Veracruz.

Avec Mgr Eduardo
Afin d’étendre le Règne du Christ au-delà des frontières de la ville de Mexico et dans le but de  rencontrer les jeunes dans leur milieu d’origine, la province d’Amérique du Nord et des Philippines, avec l’accord du CGP a décidé, en août 2017, du transfert de Casa Manuel à la paroisse Santiago Apostol de Tlilapan, une municipalité en périphérie de la ville d’Orizaba. 

Avec les jeunes
Le choix du diocèse d’Orizaba n’était pas le fruit du hasard. Il était motivé par le fait que depuis plusieurs années déjà, la majorité de nos activités missionnaires avec les jeunes se réalisent dans la région de Veracruz, qui plus est, constitue pour nous un terroir pour les vocations à la vie religieuse assomptionniste et pour l’Église. L’Assomption y est bien connue et les jeunes aiment bien les missions assomptionnistes.

Fête de la prise de possession canonique
Les premières démarches ont été menées par le père Miguel Diaz Ayllon, alors provincial d’Amérique du Nord et des Philippines, en collaboration avec le père Flavio Bustos Castillo, régional de Mexico. Son excellence Francisco Eduardo Cervantes Merino, évêque d’Orizaba, a donné son accord pour une nouvelle fondation assomptionniste dans son diocèse. Tout s’est concrétisé avec la cérémonie de prise de possession canonique de la paroisse par les Augustins de l’Assomption ainsi que l’installation du nouveau curé, le père Oswaldo García Sanchez, le 2 août 2017.

Installation du nouveau curé
Fondée il y a 251 ans et située à cheval entre la zone urbaine et indigène, notre nouvelle paroisse a l’avantage d’intégrer les trois réalités pastorales importantes du diocèse d’Orizaba : la pastorale urbaine, rurale et indigène.

Dès notre arrivée, nous nous sommes mis à l’écoute de la communauté chrétienne. Le curé a rencontré de façon personnelle et régulière les différents groupes qui participent à l’animation de la paroisse. Ce fût l’occasion pour nous de prendre le pouls de la paroisse, connaître ses atouts et défis afin de pouvoir bien orienter notre apostolat.

Laïcs A.A. Mexicains
Pour leur part, les fidèles nous ont exprimés leur désir de recevoir une formation chrétienne adéquate. Nous y avons répondu avec empressement d’autant plus que cela fait partie de nos objectifs fondamentaux dans cette nouvelle mission. Ainsi, nous dispensons différents cours de formation pour membres de différentes commissions paroissiales ainsi que l’animation des centres bibliques.

En route pour la mission
Du côté pastoral juvénile, nous travaillons au renforcement de l’équipe d’encadreurs qui collaborent dans nos différentes missions. Tout se réalise évidemment grâce à la collaboration avec les laïcs et les autres familles de l’Assomption présentes au Mexique, plus spécialement les Oblates de l’Assomption qui, de plus, assurent le service du secrétariat à la paroisse et de la sacristie dans une de nos chapelles.
 
Notre intégration dans le diocèse va bon train. Nous participons activement aux activités diocésaines dans la mesure du possible. Nous bénéficions également d’un soutien fraternel, moral et spirituel réels de la part de des religieux et laïcs assomptionnistes aussi bien au niveau régional que provincial.

Il est vrai que tout reste à faire, dans une paroisse qui est presqu’en chantier, mais nous sommes confiants dans le Seigneur ! Quelques travaux sont en cours de réalisation notamment la finition du baptistère, l’aménagement de la chapelle de communauté, le renforcement de la toiture de l’église paroissiale, sans oublier la maintenance régulière de la maison.

Après l'assemblée régional
Par ailleurs, il faut dire que cette nouvelle fondation comporte aussi son lot de besoins et défis: besoin d’apprentissage de la langue Náhuatl qui couvre une bonne partie du territoire paroissial; besoin séparer la communauté paroissiale de celle de formation, défis des vocations solides pour l’Église et l’Assomption; défis des finances dans une zone où la pauvreté est aussi présente; défis d’une vie religieuse assomptionniste soutenue par la prière, la vie fraternelle et l’étude, au-delà des appels parfois intempestifs de la pastorale paroissial

Finalement, la nouvelle paroisse est bien là. Il nous revient de lui conférer, dans la mesure du possible, un cachet vraiment assomptionniste, à travers notre vie, nos activités, notre présence-même.
Sébastien Bangandu, a.a.




[1] Cf. PERIER-MUZET Jean-Paul, « Tour du monde assomptionniste en 41 pays », in Cahiers du Bicentenaire d’Alzon n° 1 (2010), pp. 191-192.

                                                              

Aucun commentaire: